DIPLÔMÉS DU BACCALAURÉAT EN GÉNIE ANNÉE 2011-2012

Durant l’année universitaire 2011-2012, 3 146 étudiants ont terminé leur baccalauréat en génie au Québec. Ceci représente une hausse de plus de  4,8 % par rapport à 2010-2011 (2 993 diplômés). Somme toute une bonne nouvelle à la suite de l’augmentation de 7 % l’année dernière. Après des baisses année après année entre 2007 et 2010, en 2012, le nombre total de diplômés dépasse enfin celui de 2006-2007 qui était de 3 025. 

LES DONNÉES

Le nombre de finissants en génie civil et dans les spécialités reliées à la construction a augmenté de 21%, l’an dernier. La demande dans ce secteur se maintient et cette hausse des diplômés constitue une bonne nouvelle pour les recruteurs. Les finissants en génie mécanique sont plus nombreux cette année que l’an dernier, nous pouvons observer une hausse de 6 %, par ailleurs cette hausse est moins importante que l’année dernière alors qu’elle était de 8 %. Les diplômés en génie informatique et logiciel et électrique sont en baisse respectivement de 7,2 % et 1,7 %. Tandis que le nombre de finissants dans les autres disciplines est en légère hausse soit de 2,8  %. Le tableau 1 présente le nombre de diplômés selon la spécialité du baccalauréat.

TABLEAU 1 NOMBRE DE DIPLÔMÉS AU BACCALAURÉAT EN GÉNIE SELON LES SPÉCIALITÉS POUR L’ANNÉE 2011-2012

AUGMENTATION CONCENTRÉE EN GÉNIE CIVIL

Bien qu’il y ait eu une légère augmentation des finissants cette année, elle est surtout concentrée dans le domaine du génie civil. On peut dire que les besoins exprimés par le marché pour les diplômés en génie civil ces dernières années  ont été entendus. Par ailleurs, certaines spécialités ont subi des baisses assez importantes, 7,2 % du côté du génie informatique et logiciel et dans une moindre mesure, 1,7 % en génie électrique. Il faut donc s’attendre à des changements en ce qui concerne le recrutement qui pourrait s’avérer plus difficile. En effet, tout comme notre partenaire des Salons carrières qui se spécialise dans les TI nous avons pu observer que la demande est grandissante dans ce domaine. Quant aux finissants des autres spécialités, l’augmentation est assez légère (2,8 %).

NOMBRE DES DIPLÔMÉS FAIBLE DANS CERTAINS SECTEURS

Des projets tels que le Plan nord ou le développement de l’industrie aéronautique vont nécessiter de nombreuses ressources spécialisées, or dans certaines spécialités, le nombre de diplômés est faible : 39 diplômés en génie minier, 27 en génie géologique  et 12 en aérospatial. On peut se demander si cela suffira à la demande.

BONNES NOUVELLES DU CÔTÉ DES DISCIPLINES BIOS

En génie biomédical, le nombre de diplômés a été de 29 et en génie biotechnologique de 33

CONCLUSION

Le nombre de diplômés en génie a augmenté de près de 12 % au cours de deux dernières années alors que le nombre de diplômés en génie civil a bondi de 30% durant la même période. Le marché change rapidement et les cycles sont plus courts que par le passé, les recruteurs doivent faire preuve de créativité pour attirer les candidats mais surtout les retenir.  

RESSOURCES

Besoin d’un finissant en génie? Le Réseau des ingénieurs du Québec offre son babillard gratuit pour afficher des postes pour les étudiants et les finissants en génie. Plusieurs universités offrent également un service de placement et de stages. Pour plus de détails, consultez leur site Internet : 

Les données sur le nombre de finissants nous ont été fournies par les universités et nous les remercions pour leur collaboration.